Activités 2017

 

02/09 au 10/09 Voyage de Septembre La Croatie  

 

02/12 Souper St Nicolas

Barvaux Salle S.I.

 

08/12 au 10/12

Marché de Noël au

Ets Boudoux Sport

 

 

 

1er jour

Il nous faut rejoindre Gênes (Italie) pour cette 1ère étape, soit au final 1.170

kilomètres.

Je peux te dire qu’à l’arrivée t’as mal au c...

D’autant que durant la journée, tout le monde n’étant pas spécialiste en

lecture de road-book, certaines équipes achètent pas mal de terrain.

Jamie, qui très “intelligement” a acheté une bécane d’occase, dont je tairai la

marque, mais manifestement teutone, quelques jours avant le départ, est assez

vite mis hors jeu sur problème d’embrayage.

Moindre mal puisqu’on a un

véhicule d’assistance, sauf que..... dans

la camionnette d’assistance ils sont déjà

trois et que ça laisse peu de place, dans

la cabine, pour un passager

supplémentaire.

Jamie devient donc passager du

Grand Alain.

Arrivée tardive à Gènes où les premiers sont, comme les jours suivants, les

équipes dites “lentes” suivies des “rapides” et bons derniers les distraits et

mauvais lecteurs dont je fais partie.

Plein de choses à dire sur cette première fin d’étape (comme sur les autres

d’ailleurs).

1° - Pleins d’attentions pour leurs petits camarades, Michel, Jo et Codac

ont décidé de choisir un hôtel un cran au-dessus des autres compte tenu de la

longueur de l’étape.

Erreur !

On est tellement crevés qu’on profite très peu du confort des chambres et en

plus comme on arrive avec beaucoup de retard, on n’a pas droit au repas prévu (la

cuisine est fermée) mais à un pique-nique même pas digne d’une cantine.

2° - Arrivé parmi les derniers, comme je vous l’ai déjà dit, Codac assiste à

l’entrée, dans le hall de l’hôtel, de Blanc qui porte sur le dos un sac poubelle dans

lequel sont ses affaires (à l’époque déjà il n’a pas de valise sur sa moto de course).

Je vous raconte pas la tête de l’espèce de général galonné qui fait office de portier.

C’est pas le plus grave (et c’est là que je vous explique le “28+1” du début).

Donc, juste après avoir souri de la tête du général, Codac voit arriver Dormeur, un

brin énervée, qui lui annonce que d’une part le “certain Michel” refuse de partager

une chambre avec un camarade et que d’autre part il manque une chambre parce

que contrairement aux prévisions on n’est pas 28 mais 29 !

Consternation !!!!!

Le cas du “certain Michel” est assez vite règlé. Codac aussi est fatigué et

après un petit coup de gueule, il (le “certain Michel”) accepte, de mauvais coeur,

un colocataire. Non, mais !!!

L’autre problème est plus complexe. Comment a-t-on pu se tromper d’une

personne?

On a vérifié nos listes à de multiples reprises et, bon sang, on était 28 !

Comprends pas !

Jusqu’au moment où on apprend que Monsieur X, le copain à Herpigny,

après avoir tendrement fait ses adieux à son épouse au départ de Rome Détente,

fait un bref arrêt à Marche pour embarquer une demoiselle (qui fait du stop sans

doute ?) qui, finalement, manifestement, décide de nous accompagner sur les

4.000 kilomètres.

Problème finalement rapidement règlé aussi. Ils feront ménage à trois pour

le reste du voyage.

3° - Comme on part en Italie, on a contacté un assureur afin de contracter

une assurance vol couvrant l’ensemble du groupe.

Devant son accès d’hilarité lorsqu’il entend parler de motos et d’Italie, on

comprend qu’il nous faut envisager un autre moyen de nous protéger.

Et donc, le premier hôtel ne disposant pas de garage fermé nous engageons

par fax, à grands frais un garde privé du genre Sécuritas, sauf que..... à notre

arrivée à l’hôtel nous constatons que celui-ci dispose de son propre gardien.

Résultat : On a dépensé du pognon pour rien, on pense que nos motos ont été

bien gardées et les gardes ont pu jouer aux cartes.

Après ça, qu’est-ce qu’on a bien dormi !