AVERTISSEMENT

 

 

 

Que l’on s’entende bien, comme le dit le titre de ces quelques pages,il s’agit ici d’une histoire des Marmotards.

 

A savoir, cette histoire telle que moi je l’ai vécue et fonction de mes souvenirs, de ce que je vais pêcher dans les archives et avec toute la mauvaise foi dont je suis capable.

 

En aucun cas il ne s’agit d’un travail d’historien et dès lors il vous faudra accepter un certain nombre d’imprécisions, voire d’erreurs.

 

Chacun a vécu cette histoire à sa manière, ceci est la mienne. (Roland dit Codac )

 

 

 

                                         La naissance.

 

 

 

Si mes souvenirs sont exacts, c’est début 1994 que s’organise une rencontre des propriétaires de motos de la région de Durbuy.

 

Deux personnages ont cette idée au même moment et sans concertation.

 

En l’occurrence il s’agit de Jo Leboutte et Pascal Georges. L’un des deux faits

 

passer une petite annonce dans “Les Annonces de l’Ourthe” invitant tous ceux qui

 

sont intéressés à une réunion à la “Taverne du Centre” à Barvaux.

 

Personnellement, je la loupe, celle-là, alors que je suis tout récent propriétaire d’une splendide Dominator d’occasion (déjà distrait à l’époque).

 

C’est Jean-Marie (Souris) qui me rappelle à l’ordre et depuis, je me suis bien rattrapé et rares sont les réunions qu’il m’est arrivé de rater.

 

Je ne peux donc rien dire de cette première réunion, mais lors de la deuxième, où nous sommes nombreux, il faut bien constater que les motards régionaux sont bien plus nombreux qu’on ne peut l’imaginer, chacun roulant de son côté, ignorant qu’un autre, pourtant bien connu, a la même passion. Faut dire que lorsque tu croises un mec à moto, si tu ne connais pas personnellement son casque ou sa bécane..........

 

 

Bref, il y a là, et je vais certainement en oublier, sans compter que pour

 

certains je n’ai retenu que le surnom ou à l’inverse seulement le nom : outre JO et

 

Pascal déjà cités, des gens comme Jamie, Ben (pas encore de la Taverne), Jean-

 

Marie (Souris), Frédéric (L’Amiral), Blanc, Carolin, Michel Thirion, Bubu, Mac-Do

 

(à l’époque Jean-Paul), Prof, Madame, Xavier (Caldir), Nicolas (Velux), Marc Lahaye

 

(Huily), Léopold Nutal (Teco), Bruno Mathieu, Bernard Feldman(Monsieur Seguin),

 

Le Laboureur, Le Grand Alain, etc...

 

 

Très rapidement il est question de balades dominicales et presque aussi rapidement apparaît la nécessité de trouver un nom à ce groupe naissant.

 

 

 

Et donc, premières engueulades discussions vives, chacun ayant, bien entendu, le nom idéal à proposer.

 

Je suis bien incapable de me souvenir de toutes les propositions plus ou moins loufoques qui sont hurlées lors de cette soirée, mais je me souviens de deux de celles-ci.

 

La première, celle qui a finalement été adoptée et qui est toujours d’actualité, fait référence à l’hibernation des motards: LES MARMOTARDS.

 

 

L’autre, qui a pas mal de supporters, est plutôt drôle mais plus difficile à porter puisqu’il s’agit des “coreus d’poyes”

 

 

Non seulement les balades dominicales sont très vite mises en place avec un rendez-vous hebdomadaire à 13 heures en Chainrue à Barvaux et des itinéraires

 

sous la direction de Jo, mais dès le mois d’avril une première excursion est organisée vers la Hollande.

 

Là non plus, je ne suis pas présent, mais les participants gardent un excellent souvenir de cette expérience et particulièrement du logement en Auberge de Jeunesse.

 

A cette époque les conditions météos n’empêchent jamais les départs.

 

A l’heure actuelle, les Marmotards sont beaucoup plus frileux (l’âge peut-être) !

 

Un arrêt sur les restes du mythique circuit de Montlhéry.

 

Un départ en fanfare !

 

Des balades dominicales, deux mini-voyages et en plus, en fin d’année, un souper

 

choucroute qui réunit un paquet de monde. C’était le premier souper Marmotards.

 

Ambiance !!!!!!!!

 

 

A l’époque il arrivait qu’on le surnomme “Dieu”.

 

C’est au cours d’une balade dominicale que naît l’idée folle du challenge “Rome-Rome-Rome”.

 

 

Ce jour-là nous sommes quelques-uns attablés à la terrasse d’un établissement lorsque Prof, je crois, lance l’idée d’un raid du genre Liège-Nice- Liège. De fil en aiguille et après des propositions aussi subtiles, par exemple, qu’un Jupille-Jupille-Jupille (pour la bière !), on réalise qu’à deux pas de chez nous, il y a Rome.

 

 

L’idée est née !